Ce que je te propose dans cet article, c’est d’identifier ton profil et d’analyser les pistes de solutions suggérées pour atteindre tes objectifs personnels et professionnels

Le saviez-vous ?

100% de la population adopte à un moment donné une forme de procrastination. 

80% d’entre eux l’expérimentent lorsqu’ils ont à réaliser une tâche trop difficile. Dans ce cas on parle de procrastination de situation.

20%, adoptent un comportement chronique qui s’apparente à un état pathologique.De façon massive cette attitude impactera tous les domaines de vie. Avec des conséquences pouvant impacter la santé, le bien être et la productivité dans la vie professionnelle et personnelle.

J’ai été très surprise que le sujet intéresse autant scientifiques et psychologues.

Cet article est le premier d’une série sur le sujet. Je répondrai dans celui-ci à 4 questions :

  1. Qu’est-ce que procrastiner ?
  2. Quel est le cercle vicieux de la procrastination ?
  3. Que sont ces différents visages
  4. Existe t-il une solution pour changer ?

Qu’est-ce que procrastiner ?

Les experts  définissent la procrastination comme le report volontaire d’une tâche importante que nous avons l’intention de faire.Tout en sachant que l’action de remettre au lendemain, nous expose à une augmentation de la tension et à un certain pic de stress.

Selon Joseph Ferrari, professeur de psychologie et pionnier dans la recherche moderne sur le sujet  :

“Une mauvaise conception du temps peut en être à l’origine. Mais par dessus tout, l’incapacité à gérer ses émotions semblent en être la cause première.” On parle alors de malformation émotionnelle, d’une déficience entre l’intention et l’action. Ainsi ce n’est pas tant la tâche qu’ils redoutent, mais le changement d’humeur qu’elle impose.

http://horizoom.com/procrastination-les-travaux-de-joseph-ferrari/


Comment se sentir bien Maintenant, prend l’avantage sur la question comment Résoudre ce problème ?

Toutefois, dans 20% des cas, la procrastination peut être le symptôme d’une maladie. Celui de la dépression par exemple, du trouble de déficit attentionnel, des troubles obsessionnels compulsifs, de phobies, avec des stratégies d’évitement mises en place. Cela ne se soigne pas grâce à un médicament, mais on peut être accompagné par des thérapeutes ou des médecins psychiatres, ou essayer les thérapies comportementales et cognitives.

Quel est le cercle vicieux de la procrastination ?

Le cercle vicieux de la procrastination, les mots prison, les excuses, les activités chronophages

Selon  David Vandenbosch, psychologue et psychothérapeute, tout commence par un débat interne, un évitement de penser à la question jusqu’au dernier moment. Suivi d’un processus en 3 étapes, la sortie des mots prison, les excuses et les tâches chronophages

  • la sortie des mots prison. Ils se donnent tous rendez-vous dans notre tête. Sauf qu’en fait ils nous coupent de l’importance de réaliser la tâche, et nous ramène à une obligation dont nous sommes les seuls garants. Exemple : Je dois, il faut…
  • Ensuite les excuses sont lâchées. Comme par exemple je suis fatiguée, je n’ai pas le temps, il pleut… les autres. Puis je ressens une certaine culpabilité que j’essaye d’atténuer par des tâches distractives utiles ou non.
  • Enfin, les activités chronophages ou activités “bouffe temps” qui nous autorisent à remettre à plus tard ce qui est important.

Ce que j’entends par activité chronophages, ce sont toutes celles qui viennent perturber le bon déroulement de notre planning. Ou alors les tâches de substitutions souvent stériles.

Exemple : faire du classement, consulter ses mails, aller sur facebook. En soi je ne leur reproche rien, mais c’est le moment choisi pour les faire qui n’est pas adapté.

Les différents visages de la procrastination

Chercheurs de sensations fortes, éviteurs, et indécis

Le docteur Joseph Ferrari précédemment cité, décline 3 principaux profils :

  • Les CHERCHEURS DE SENSATIONS FORTES, qui croient fonctionner mieux sous pression

Ce sont des personnes ayant confiance en elle, qui croient fermement qu’elles «fonctionnent mieux sous pression. Elles aiment le frisson de se démener à la dernière minute pour faire avancer les choses .

Pour Ferrari, l’astuce serait de se créer des dates limites personnelles pour garder l’effet adrénaline tout en utilisant de manière optimisée son temps.

  • Les EVITEURS, manquent de confiance dans leur prise de décision.

Ils attendent que les autres décident pour eux. Ce sont les personnes qui n’ont pas confiance en leur prise de décision. Certains aiment avoir la possibilité de pouvoir juger les autres sans s’engager dans l’action eux-mêmes.

Le conseil de Ferrari est de prendre conscience que le succès est une façon d’apprendre et de s’améliorer. Faîtes le travail le mieux possible sans vous préoccuper de ce que pensent les autres

  • Les INDECIS, sont des perfectionnistes. Ils abandonnent leur projet parce qu’ils craignent de ne pas être assez bons.Ou alors ils redoutent les attentes élevées que le succès va engendrer.

Le conseil de Ferrari est que tout n’a pas besoin d’être parfait. Utilisez votre intuition. Les erreurs vous feront apprendre de nouvelles choses. Découpez vos tâches en plus petites actions, réalisables en peu de temps

Existe t’il une solution pour cesser de procrastiner ?

A chacun sa solution pour agir contre cette tendance à la procrastination

Il n’existe pas une seule bonne stratégie pour lutter contre la procrastination. Tout dépend du profil, des sujets sur lesquels on a tendance à procrastiner: ce que je conseille selon Dr Neil Flore : https://www.neilfiore.com/the-5-main-causes-of-procrastination/.

Se livrer à un état des lieux sans concession quant à notre façon de procrastiner.

  • Identifier très concrètement tout ce qu’on a tendance à reporter, dans tous les domaines (vie professionnelle, étude, santé, vie sociale, administratif…),
  • Creuser la raison pour laquelle on reporte ces tâches-ci en particulier. Cela peut être lié à une peur d’échouer, à un manque de clarté dans la façon d’exécuter cette tâche, à du perfectionnisme…
  • Le but de cet état des lieux est de remonter le plus possible à la source, et d’identifier avec une précision chirurgicale tous les freins et les blocages qui nous empêchent de nous y mettre.
  • Dans un second temps, on va pouvoir cibler les meilleures méthodes pour y remédier.

As-tu repéré ton profil ? Si oui les suggestion partagée te semble t-elle utile et facile à mettre en place ? Car rappelons le pour mettre en place une nouvelle habitude, elle doit être facile https://www.apprendrelechangementprofessionnel.com/2019/09/20/comment-changer-une-habitude/.

Alors n’hésite pas pas tes commentaires et suggestions sont les bienvenus.